La nouvelle bougie rejoignant la famille Les Belles Matières, Estérel s’entiche de massifs florissants de mimosa, propres à la Côte d’Azur.

Autour de lui, un trio de parfums essentiels et épurés : Reggio, empreint de mandarine de Calabre ; Tadine aux élans de bois de santal de Nouvelle-Calédonie et Maduraï habité de jasmin indien.

Issu de la parfumerie fine, ce quatuor raffiné esquisse une partition végétale authentique, un équilibre fruit, bois, fleur. Véritable odyssée, la collection invoque les origines du Parfum, les belles heures des découvertes botaniques et la naissance des grandes passions olfactives.

Il y a, dans Les Belles Matières, comme une forme d’absolu, l’appel d’un ailleurs tangible. Gardien de ces explorations olfactives, le verre teinté bleu nuit offre un écrin à ces essences habitées. Confiée à Robertet, la belle matière s’exprime, de manière contemporaine et absolue.

Que la matière soit.

Importé d’Australie par des botanistes britanniques au début du XIXème siècle, le mimosa s’est, depuis, érigé au rang de fleuron de la Côte d’Azur. Solaire et florissant, il s’épanouit d’abord dans les somptueux jardins niçois de riches hivernants anglais avant de gagner les pans du massif de l’Estérel.

Sauvage, son parfum est à l’image de ses rameaux aux grappes opulentes : délicat.