ETAT LIBRE D'ORANGE AVEC ETIENNE DE SWARDT / "Exister, sortir du sillon et du conformisme"

Né à Prétoria en Afrique du Sud, adolescent en Nouvelle Calédonie, Etienne de Swardt, issu du secteur du parfum créa en 2006 Etat Libre d’Orange. A l’image des « Boers », fondateurs de la province sud-africaine de l’État libre d’Orange, l’idée était de créer une enclave de liberté absolue et de libertinage olfactif.

Nose Quelle est votre devise ?

Etienne Celle de Guillaume d'Orange "Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer"

Nose Quelles sont les senteurs de votre jeunesse ?

Etienne Elle vient plutôt de Nouvelle Calédonie, l'ile de ma mère et la plus proche du Paradis : cette odeur des « Antifouling » que l'on applique sur les coques des bateaux, c'est ma régression, un retour à la "mère", sous toutes ses orthographes !


Nose Vous avez d’abord créé « Oh My Dog ! » puis « Oh My Cat ! » ? Quelle était l’inspiration ?

Etienne Exister, sortir du sillon et du conformisme, créer de l'émotion pour tous et pour moi, en restant pour toujours et à jamais un fou de chiens !


Nose Comment vous est venue l’idée de créé Etat Libre d’Orange ?

Etienne Une grosse dose d'inconscience, joyeuse, une absence totale de certitude hormis la qualité des matières, seul dogme, et enfin le « non sens » comme fil directeur.

Nose Vos parfums ont pour la plupart des noms provocateurs. Une raison ?

Etienne Sans "pas de côté", les ressemblances créatives ressortent; Il fait alors sens de provoquer la rupture et le décalage pour avoir autre chose sur la peau, un petit supplément d'âme et de singularité.

Nose En quoi consiste la prochaine révolution dans le parfum ?

Etienne Pour reprendre Desproges : "Une seule certitude celle d'être dans le doute"