io_non_ho_mani_che_mi_accarezzino_il_volto de UNUM /

En collaboration avec les Archives Mario Giacomelli de Senigallia, Filippo Sorcinelli a consacré la sixième fragrance UNUM____ à Mario Giacomelli en hommage à l'extraordinaire travail du grand photographe italien.

Filippo Sorcinelli avait connu Mario Giacomelli à un très jeune âge (fin des années 90) à l’atelier de sérigraphie “Ellea"  à Mondolfo (à 12km de Senigallia) où  Sorcinelli y travaillait et où Giacomelli y imprimait ses sérigraphies. Un arôme intense de tabac mélangé aux encres de presse enveloppait les lieux.

Le nom de l'essence révèle une histoire fascinante. En 1961, Giacomelli est entré en contact avec un groupe de jeunes étudiants du séminaire épiscopal de Senigallia. Avec la permission de la curie, Giacomelli commence à photographier leurs moments de loisirs après les longues heures d'études et de prières en préparation à la vie de l'église.

Mario Giacomelli prend des photos des prêtres jouant à la balle, se déplacant sur la neige avec de grands manteaux, se tiraillant avec des coussins, entre confusion et plaisir. Lors d'une visite au "petits prêtres", un dimanche matin, Giacomelli offre des cigares aux garçons et les photographie alors que ces derniers les fument. Choqué, le séminaire épiscopal de Senigallia l'accuse d'avoir créé des ravages dans un endroit où devaient régner discipline et rigueur, et en dresse un verdict: il n'est plus autorisé à les photographier. Don Enzo Formiconi, recteur du séminaire épiscopal de Senigallia, un ami et un partisan du travail de Giacomelli, a été sévèrement critiqué.

Dans un premier temps, Giacomelli a nommé la série de photos des séminaristes : “Pretini” (petits prêtres), puis a décidé de la nommer d'après un verset d'un poème de David Maria Turoldo, "Je n'ai pas de mains qui me caressent le visage", reliant ces images à un choix pas facile, un choix de solitude. 

Le flacon a été réalisée avec un revêtement métallique semblable à la surface de l’inséparable caméra de Mario Giacomelli. Le capuchon est revêtu d'un cuir de tissu double et métal par «conformation» presque comme une sculpture. Le matériau de draperie fait allusion à la «danse» des soutanes des séminaristes et le matériau du tissu veut évoquer le sac d'équipement Mario Giacomelli avec son odeur de tabac. La photo sur le paquet montre le recteur Don Enzo Formiconi qui a perdu son travail au séminaire de Senigallia à cause des photos prises par Mario Giacomelli, devenues ensuite célèbres dans le monde entier.

Produits référés dans l'article