D.S. & DURGA : le parfum de l'Histoire /

Un duo remarquable fait son entrée chez Nose avec D.S. & Durga. Une nouvelle marque créée par deux passionnés. D.S. compose les fragrances, Durga en conçoit le design.

Une alliance forte et complémentaire de deux newcomers dans l’univers de la parfumerie, sensibles à l’idée d’un parfum qui ferait écho à leur histoire et mais aussi à l’histoire des terres qui les inspirent.

Des fleurs, herbes, épices et extraits venus tout droit du temps révolu d’une Amérique période pré-industrielle. Parfums d’histoires donc, invoquant des figures du passé, des nobles, des prospecteurs, des pionniers aussi, transportant notre imaginaire des salons aux saloons d’une Amérique légendaire.

Lui c’est la Nouvelle-Angleterre, l’océan, les forêts et le souvenir d’une bouteille de cologne remportée lors d’une tombola de summer camp.

Elle vient de New York, a parcouru le monde depuis l’enfance. Des études d’architecture à LA., une école de design en Hollande et cette aventure en parfumerie, en synthèse de ces inspirations.

De cette rencontre est née D.S. & Durga pour exhumer les mythes qu’inspirent au duo les légendes de l’Amérique mais aussi de l’Europe du nord, l’antiquité, l’âge de fer ou même les vikings… Cela donne Mississipi Medicine; Cowboy Grass; Spirit of the Glen ou Pale Grey Mountain, Small Black Lake… 

Conçus en nombre limité, numérotés à la main, chaque flacon contient une part de mythe, une histoire à revivre désormais chez Nose.

Bowmakers nous renvoie dans une forêt de la nouvelle Angleterre chère à D.S. mais au 19ème siècle, évidemment. C’est là que les artisans façonnaient violons et archers dans les essences de vieil acajou, d’érables, d’ambre et de pin colophane…

Freetrapper, pour les cowboys de la vieille Amérique : des montagnards rebelles qui longeaient les sentiers montagne et les rivières pour chasser le castor, très prisé par les chapeliers, les médecins et les parfumeurs ! Une empreinte qu’on retrouve sous les touches de bergamote, d’encens et d’orange amère.

Poppy Rouge, c’est le Mississipi. Le « richamn woman blues » de John Hurt dont les accords accompagnent une jeune mariée aux jarretelles rouge coquelicot qui s’apprêtent à descendre en villle. Bourgeons de Néroli, jonquille et musc rosé sur fond de bluegrass!

Tout ce que vous devez savoir sur D.S. & Durga est ici

Produits référés dans l'article