ALBERTO MORILLAS / "Lorsque j'écris la formule, je peux sentir le parfum"

Interview avec Alberto Morillas, le célèbre maître parfumeur espagnol. Ce parfumeur à l'ancienne, comme il se décrit lui-même, rentre chez Firmenich en 1970 pour travailler au département chimie sur les matières naturelles. C'est le début d'une longue histoire pour cet "aficionado" qui n'envisage pas de créations sans fleurs, souvenir de ses origines andalouses. Rencontre avec un artiste pas comme les autres...

NOSE Quelle est votre devise ?
Alberto Chaque jour est une découverte. Je me réveille chaque matin avec l'espoir de créer une nouvelle fragrance. Voilà ce qui occupe mon temps en tant que parfumeur. 

NOSE Quelle est votre plus vieux souvenir olfactif de la ville dont vous êtes originaire, Séville ?
Alberto L'odeur des fleurs dans le patio de la maison familiale: la fleur d'oranger en hiver et un mélange de jasmin et d'oeillet rouge en été.

NOSE Comment vos études aux Beaux-Arts ont-elles influencé vos créations ?
Alberto J'ai une passion indestructible pour la création, une curiosité innée pour les odeurs, les couleurs et les arts en général. Je pense que mes études aux Beaux-Arts n'ont fait que renforcer cette sensibilité. J'ai toujours la même passion et le désir de créer. Pour moi, la parfumerie est une émotion. Je travaille même sans brief c'est ce qui me nourrit. Je ne réfléchis pas, je fonce et vis l'expérience! La technique est intellectuelle mais chaque parfum doit avoir une âme, une histoire et délivrer une émotion. 

NOSE Quelle est votre signature olfactive ? La fraîcheur quand on ne s'y attend pas ? Les matières premières que vous préférez utiliser dans vos fragrances ? Le géranium... pourquoi ?
Alberto Je dirais: fluidité, transparence et pouvoir. J'utilise de nouvelles molécules innovantes de chez Firmenich, apportant de nouvelles émotions et de la modernité.

Les molécules permettent de réaliser l'impossible! Et pour les matières naturelles, bien que j'essaye de maintenir un certain niveau de diversité dans mes créations, j'ai une préférence pour celles qui rapellent mes origines Andalouses. Elles apportent de la fraicheur et de la vitalité à mes fragrances, j'entends par là la salinité minérale de l'air, les hespéridés et les fleurs Méditérannéennes comme le jasmin, la tubéreuse, le néroli et la fleur d'oranger toutes natives de cette région d'Espagne.

NOSE Lili Burberry, ex-rédactrice en chef de Vogue France, reprend une de vos phrase "chaque fragrance est une histoire". Quel serait le titre de l'histoire pour "Musc Oud" de Kilian ou encore "Iris Prima" récemment lancé par Penhaligon's ?
Alberto Iris Prima serait plus un documentaire "dans les coulisses"... Une plongée saisissante dans les coulisses d'un ballet esthétique, rigoureux et rempli d'émotions vu à travers les yeux d'un parfumeur.

J'ai vécu une expérience magnifique avec les danseurs de l'English National Ballet et cette fragrance est l'expression pure de la Beauté et de l'élégance de cet art. 

Musc Oud s'adresse à une élite. Un conte oriental conçu pour un cercle d'initiés. 

Produits référés dans l'article